samedi 14 mars 2009

Jour 14

Claire_mini
S
aperlipopette. La jeune fille a peur. La jeune fille a peur de sa rencontre de l’aujourd’hui. Jamais de celle d’hier ni de celle du lendemain. Elle n’a pas le temps d’un long temps. Elle vit, comme une petite mouche, simplement trois jours trois jours pleins à la fois pas assez à la fois assez suffisant. À la lumière du lampadaire. La jeune fille longe pendant ce trois temps la fameuse ligne du centre. Acéphalée face au lointain masculin, elle regarde ébahie ce marque page (sic) poli imberbe tiré à quatre coins. Cette page marquée de la jeune fille - qu’est la jeune fille - se stoppe à la quarantième ligne au troisième mot avant le point-virgule et surtout au six cent vingt-cinquième signe.

Logo_Sept

Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Jour 14

    Je suis perdu.

    La jeune fille, la petite mouche à la vie de trois jours, la jeune fille à la lumière du lampadaire, et toujours la fameuse ligne du centre.
    L'acéphalée, la femme sans tête face au masculin si lointain, la jeune fille est ce marque page (sic), au six cent vingt-cinquième signe ?

    Là je suis perdu, mais réellement perdu, je lis relis,ce jour 14 et les samedis qui l'on précédé, et je suis perdu; la liaison c'est la jeune fille à la lumière du lampadaire, et cette fameuse ligne du centre, c'est celle de la raie, et les deux fesses alors ? Je pose toutes ces questions auxquelles personne ne répond !

    A Claire Le Cam, vous pouvez rire ou sourire derrière vos paupières fermées tous les samedi, mais j'apprendrai ce texte par coeur, suite aux trois autres et je tenterai de les réciter tous les quatre comme une suite ou un texte unique, demain matin dimanche, au petit ricoré du pt'i déj familial, et on verra les réactions.

    A samedi prochain, moqueuse en lignes 626.
    Narval, L'intrigué.

    Posté par Narval, samedi 14 mars 2009 à 22:01:57 | | Répondre
Nouveau commentaire