vendredi 26 juin 2009

Chroniques d'un super-héros, 19

Fabrice_mini
B
ref. Les choses évoluent par elles-mêmes. On se retrouve isolé, à l’écart du groupe : il faut bien continuer, pas d’autre choix. Le Manteau structure votre vie. « Je suis musicien », dites-vous avec un brin de supériorité. Vous êtes membre d’une aristocratie, d’une confrérie qui scelle un pacte, vous donne une personnalité. Ce Manteau vous habille au sens propre et figuré : il détermine vos paroles et votre garde-robe. Vous évoluerez de clan en clan, de déguisement en déguisement – punk, mod, métal, new wave, le catalogue est infini. Des puces de Montreuil en passant par les Halles, vous dessinez un parcours. Social. Géographique. Artistique. Ce chemin vestimentaire a son acmé. Un beau jour de printemps, l’année de votre majorité, vous poussez la porte d’un tailleur (une boutique du deuxième arrondissement). Vous n’y allez pas par quatre chemins : vous venez pour un costume haut de gamme, sur mesure. L’habit en question – un costume italien trois boutons, pantalon en tuyau de poêle –, aura deux conséquences.
1) Il transforme la vie en épisode d’Amicalement vôtre.
2) Il boucle la boucle, scelle le destin de Patrick avec celui d’Akaki.

     Fin de la première partie des Chroniques d’un super-héros.

7_vert

Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Chroniques d'un super-héros, 19

    Pendant qu'il y en a qui se demandent à quoi ça sert d'écrire, moi je me suis régalée avec les "Chroniques d'un Super-héros".
    Et je suis ravie de vérifier qu'il y aura bien une suite. Rendez-vous donc plus tard en librairie où nous aurons en mains ces "Chroniques". On n'en reconnaîtra peut-être pas le titre, mais l'auteur et le corps de l'oeuvre.
    Merci Fabrice Lardreau.

    Posté par michèle pambrun, vendredi 26 juin 2009 à 13:25:29 | | Répondre
  • Super-chroniqueur, absolument.
    Je vais perdre le "nord absolu", au mois d'août, je pense.
    Juillet sera j'espère un peu plus calme.

    Posté par Stéphane Prat, vendredi 26 juin 2009 à 20:28:47 | | Répondre
  • C'est vrai que la description de "Nord Absolu" aiguise sérieusement l'appétit !!!

    Posté par SB, vendredi 26 juin 2009 à 22:26:36 | | Répondre
  • Palante

    Dans les Chroniques complètes (II. Revue philosophique 1895-1913 & autres parutions) de Georges Palante - dont Stéphane Beau a écrit préface, notes et postface -, Palante dit ceci de Gogol (dans une conférence sur le roman, prononcée en 1893) :

    Avec Nicolas Gogol nous nous intéressons aux humbles, au petit peuple, aux paysans, aux serfs, dont les sentiments et les instincts ont été jusqu'ici méconnus. L'écrivain nous peint par exemple dans "Le Manteau" le monde des petits employés. Son réalisme n'a rien de cruel ; néanmoins ses satires sont souvent hardies, comme le prouve la comédie du "Réviseur", et le roman des "Ames mortes".

    Posté par michèle pambrun, vendredi 3 juillet 2009 à 08:04:16 | | Répondre
Nouveau commentaire