lundi 22 juin 2009

La dernière lettre

Géraldine BouvierÉditions Dès demain - Paris 6èmeParis, ce lundi 22 juin 2009Je ne pensais pas devoir un jour quelque chose à Armelle Nauton. Finalement je lui devrai l'essentiel : la vérité. Et je me moque qu'elle ait joui de me l'apprendre : le fait est que je lui dois de m'avoir ouvert les yeux. C'est elle qui m'a donné l'adresse de ce blog au nom ridicule : Les 7 mains. Où j'ai donc découvert mes propres mots, mes mots à moi, ceux que je vous avais destinés dans le secret de l'intime, et que j'ai relus ici, le cœur noué, noyé dans... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 21 juin 2009

Virage, 10

Eric s’est levé tôt ce matin. Tout le monde dort encore. Les travaux de force se font toujours le matin, à la fraiche, s’était-il dit la veille en s’endormant. Camille et lui avaient discuté longuement, de leur couple bien sûr, de la vie en général, de ce qu’ils ne savaient pas l’un de l’autre malgré toutes les années partagées. Camille lui avait raconté encore une fois l’épisode de ses dix-huit ans et l’affection de son père après la mort de l’oncle. Eric s’était dit un instant qu’il pouvait lui dire la vérité, et puis finalement... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 20 juin 2009

Jour 20

Je suis depuis seize heures au bistrot. Je me suis mis……ze à boire quelques coups, accoudé avec des faux airs de tout plein d’amabilité feinte, un sourire de putain. Mon goéland jouant de la goélette. La mer est basse croyez-moi la mer est basse ; il y a de la vase et je l’ai jusqu’au cou. J’avance là parce que vraiment la vie d’avant déjà jusqu’à ce soir c’était pas brillant mais là mon Dieu tout à mon nez se pend
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 19 juin 2009

Chroniques d'un super héros, 18

« Orgueil et humilité » ; « Arrogance et effacement ». Ma vie sonnait comme un titre de Jane Austen, elle en avait la couleur, la saveur, mais en réalité je me gogolisais. Dans Le Manteau, Akaki Akakiévitch Bachmatchkine est obligé de se serrer la ceinture pour acheter son habit. Il réduit ses dépenses, ne prend plus de thé, n’allume plus de chandelle, marche sur la pointe des pieds pour ne pas abimer ses semelles, va le moins possible à la blanchisserie. Les débuts sont durs, ingrats, mais il finit par s’habituer. Il arrive même un... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 18 juin 2009

Un dernier mot avant la mort...

Dans un chapitre du Passage du col, Alain Nadaud décrit l’agonie d’un légionnaire romain dont la patrouille vient d’être décimée par l’ennemi. Le héros, cloué au sol par un vilain pilum (résolument plus solide que son sternum : les lecteurs d’Astérix comprendront), se vide lentement de son sang et se prépare à mourir. Il se lance alors dans un long soliloque au cours duquel il dresse le bilan de sa vie. Scène classique, aussi bien dans la sphère littéraire que cinématographique. J’ai d’ailleurs toujours été épaté de constater à quel... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 17 juin 2009

Céder aux coutures

« Les hommes, disiez-vous ? » entonne Patricia. « Je vous demande pardon ? » chantonne Caroline. Et moi aussi bien sûr : je vous demande pardon ? C’est que, voyez-vous, ce n’est pas une comédie musicale que nous écrivons. Qu’elles aient toutes deux un joli timbre de voix me semble suffisant, nul besoin d’en faire une chorale. Et venez-en au fait, une fois de plus, vos intentions sont de plus en plus floues.« Vous affirmiez tout récemment préférer les hommes : quel genre d’hommes ? » rognonne Patricia. Rognonner. Bel effort. Très... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 12:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 16 juin 2009

Et pour une escalope...

C’était à Lorient et c’était en 2003.Une signature dans une librairie.En mai et il faisait vraiment chaud. Patrick, l’éditeur, suait sous son indéfectible et noir chapeau et nous faisions de régulières escapades en face, à la terrasse d’un grand bistrot, pour nous y mouiller généreusement les amygdales.J’étais derrière ma table et je me languissais. Des gens venaient, discutaient, palpaient le livre.J’allais donc  plier les gaules quand une petite femme aux allures pressées, qui, elle,  allait passer son chemin et filer vers... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 15 juin 2009

Lettre 18

Géraldine BouvierÉditions Dès demain – Paris 6ème  Paris, ce lundi 15 juin 2009 Oh mon amour, mon cœur a-t-il jamais battu de la sorte ? ai-je jamais été plus heureuse que depuis hier soir ? Je mesure dans mon âme et ma chair combien une telle renaissance, à mon âge, dans ma situation, était improbable. Vous savez, je me suis mariée très jeune, comme cela se faisait dans nos provinces, sans amour ou quasi, et alors que la simple idée de quitter un jour son propre village confinait au rêve et à l'utopie. J'ai eu la... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 14 juin 2009

Virage, 9

Eric laisse Camille prendre quelques mètres d’avance, puis lui emboîte le pas en direction de la maison. Il a noté, depuis quelques semaines, le changement d’attitude de sa femme ; il sent que quelque chose est venu perturber leur équilibre. Depuis sept ans, il vit avec elle un amour parfait au point de dire parfois que le paradis sur terre n’est pas un endroit précis de la planète mais un territoire imaginaire à conquérir à deux, un espace qui ne se trouve nulle part et qui s’appelle l’amour. Eric écoute trop de chansons romantiques... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 13 juin 2009

Jour 13

Ça y est. J’ai perdu. J’ai tout perdu pour bien crier ma peine, hurler ma rage : mes nerfs et mes vertèbres. Tout est tombé comme un masque gluant, un oiseau mort, un avion de papier blanc. Un goéland a volété sous mes yeux des jours durant pour me faire ses adieux ; il avait à me dire des horreurs et sa foi. Toute cette vie flasque et huileuse colle sous mes doigts et m’évite d’être reine et roi tout à la fois. Je vais en bateau, en dame et je conquis en bottes hautes, en homme. J’ai l’air d’un con comme à chaque fois ; aucune nana... [Lire la suite]
Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :