jeudi 18 juin 2009

Un dernier mot avant la mort...

Stephane_mini
D
ans un chapitre du Passage du col, Alain Nadaud décrit l’agonie d’un légionnaire romain dont la patrouille vient d’être décimée par l’ennemi. Le héros, cloué au sol par un vilain pilum (résolument plus solide que son sternum : les lecteurs d’Astérix comprendront), se vide lentement de son sang et se prépare à mourir. Il se lance alors dans un long soliloque au cours duquel il dresse le bilan de sa vie. Scène classique, aussi bien dans la sphère littéraire que cinématographique. J’ai d’ailleurs toujours été épaté de constater à quel point les moribonds sont bavards dans les films et dans les romans quand s’annonce la Grande Faucheuse (qui, très magnanime pourtant, attend toujours qu’ils aient fini leur discours d’adieu pour trancher définitivement le fil tenu qui relie leur corps à leur âme). Pour avoir eu l’occasion de voir passer de vie à trépas quelques exemplaires de notre belle humanité, j’ai hélas pu constater que la réalité était généralement bien différente. Ou alors je ne suis pas tombé sur des expansifs...

N’empêche. Qui n’a jamais imaginé sa dernière heure ? Qui n’a jamais mis en scène, pour lui même, le déroulé de ses ultimes secondes de vie ? Et même au-delà : qui ne s’est jamais projeté en songe dans le monde d’après lui, histoire de pouvoir scruter discrètement la bobine des survivants, histoire de vérifier que la veuve est - comme il convient - plus éplorée que joyeuse, et que tout le monde nous regrette bien à notre juste mérite. Bref : que le pathos est au rendez-vous.

Tout le ridicule de la condition humaine est là, depuis toujours : savoir que l’on va mourir, mais être incapable de concevoir la réalité de ce passage qui, bien qu’ayant un avant n’aura pas, pour nous, d’après. Quand on songe que c’est de ce paradoxe idiot que sont nées toutes les philosophies, toutes les religions, bref, toutes les civilisations, nous sommes bien forcés d’admettre que la grandeur humaine repose sur un bien curieux et bien piètre socle...

7_vert

Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Un dernier mot avant la mort...

    Texte absolument superbe, d'une lumineuse simplicité.
    C'est cela, oui, Stéphane, qu'il faut écrire et tu le fais bien. En revenir aux équations premières,aux évidences qui ne le sont plus.

    Bien rigolé aussi: "Ou alors je ne suis pas tombé sur des expansifs..."
    Moi non plus.
    Nos morts avaient ce point en commun. Ça devait devait être les mêmes.

    Posté par Bertrand, jeudi 18 juin 2009 à 09:35:40 | | Répondre
  • La vie
    un peu d'eau
    quelques mots sur la langue
    tu vois
    mais le visible s'ampute de lui-même
    il ne sait être que le jour
    les signes
    eux
    sont toujours noir sur blanc
    tu vois
    mais le lisible est lié à l'obscur
    la mort écrit derrière les yeux
    dans la même lumière
    (...)
    Chacun a sa part de parole

    Bernard Noël "La Chute des temps"

    Posté par michèle pambrun, dimanche 21 juin 2009 à 10:54:01 | | Répondre
Nouveau commentaire