dimanche 26 avril 2009

Virage, 2

Jean_claude_mini
L
a ligne droite, la voiture, le virage, la maison, la baie vitrée, la famille, le canapé. Tous dans un alignement parfait. Ou presque. Il manque encore l’aînée, Camille, qui ne va pas tarder. Celle-ci va poser son vélo dans la cour devant la maison, puis entrer par la porte principale qui se trouve face au canapé.
La ligne droite, la voiture, le virage, la maison, la baie vitrée, la famille, le canapé, la porte d’entrée et bientôt Camille. L’alignement sera alors complet et le destin pourra s’opérer.
Pour l’instant Camille pédale en direction de la maison de ses parents. Il est dix huit heures trente. Le soleil tombe dans son dos, fait grandir son ombre sur la route. Dans quelques minutes, elle entrera dans la maison, prendra sa place dans l’alignement.
Le compteur de la voiture indique 110 km/h. C’est une allure beaucoup trop rapide pour un départementale, pour des questions de légalité d’abord, de prudence élémentaire ensuite, les deux étant liées bien sûr. Matthieu, au volant, rigole. Eric, à ses côtés, s’inquiète.
Camille s’approche du portail qui donne accès à la cour derrière la maison. Elle remarque les voitures garées là. Elle sourit. Elle sait la bienveillance de ses parents à son encontre. Dans la ligne droite, la voiture des deux garçons s’approche mais elle est encore loin, trop pour que sa course croise celle de Camille.
Camille pose son vélo contre le mur de la cour. Se dirige vers la porte d’entrée. Elle pose la main sur la poignée, exerce une pression de haut en bas sur celle-ci. Le mécanisme grince. La porte cède. Camille pousse le battant.
La voiture lancée dans la ligne droite est à présent à quelques décamètres de la maison. S’ils n’étaient pas si saouls les deux garçons pourraient apercevoir en transparence à travers les rideaux de la baie vitrée le rectangle de lumière de la porte d’entrée que Camille vient d’ouvrir. Mais l’un est trop hilare, l’autre trop effrayé. Matthieu se prépare à négocier le virage. Eric se dit que ça ne passera pas et ferme les yeux.
Dans la maison, la famille, d’un bond, surgit de derrière le canapé et lance à l’unisson « joyeux anniversaire ».
Camille sourit, porte les mains à son visage. Elle a des larmes dans les yeux.
Le monde se fige, comme dans une brume. Il scintille.

(...) à suivre

7_vert

Posté par Les 7 mains à 09:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Commentaires sur Virage, 2

    je groupe...

    ...la voiture des deux garçons rate le virage et fonce, Camille entre dans la maison, la famille se lève pour un "Joyeux anniversaire".

    C'est une idée épatante de réunir à trois endroits autant de gens différents et qu'une méga collision imminente va projeter dans une catastrophe commune...à moins que notre auteur, démiurge tout puissant par l'écriture nous épargne cette horreur, immobilise la voiture par miracle.....

    On peut alors imaginer que, tous ensemble,ils partagent le gâteau d'anniversaire...la famille...Camille...et les deux jeunes gens, comme des invités de la dernière minute.......

    Posté par aglaé, dimanche 26 avril 2009 à 17:06:02 | | Répondre
  • à aglaé

    j'ignore moi-même ce qui se passera dimanche prochain...

    Posté par JCL, dimanche 26 avril 2009 à 17:47:04 | | Répondre
  • Prévoyance....

    Mettons deux fers au feu, alors, et...commandons une ambulance et un gâteau pour Dimanche !...à moins que l'imagination débridée de notre auteur nous entraîne plus loin encore....aglhaletante...

    Posté par aglaé, mardi 28 avril 2009 à 13:26:20 | | Répondre
  • Je continue ma lecture ; magnifique cette arrivée de Camille. Magnifique ce texte qui se met en place comme un jeu de construction.

    Posté par michèle, mercredi 3 juin 2009 à 23:38:50 | | Répondre
Nouveau commentaire